Résumé Mauguio vs Partenaires

Plus d’un mois après la rencontre et juste à temps avant le prochain match, je suis chargé de vous faire un résumé de la rencontre du jeudi 28 janvier 2016 contre les anciens de Mauguio.
Eut égard à mon grand âge, il se peut que j’ai oublié certains faits d’arme ou que mon imagination ait un peu divaguée…. je me souviens juste qu’il y avait une sombre histoire de chien perdu.

Lieu: le terrain en herbe de Mauguio. Pelouse parfaite, ni trop humide, ni trop sèche, on s’y roulait avec plaisir.
Condition météo: nuit, ciel dégagé, pas de vent.
Grosse affluence en tribune, nous aurons bientôt plus de supporters (qui aboient plus qu’ils n’encouragent) que de joueurs. D’ailleurs, on peut être sûr que si la pharmacie comportait un peu d’alcool, elle serait présente à toutes les rencontres… qui va faire le Saint-Bernard pour la prochaine rencontre ?
25 joueurs coté Partenaires sur le pré (plus que 76 et on élit Pongo et Perdita…)

L’entâme de match est virile mais correcte, les équipes se rendent coups pour coups.
On voit rapidement émerger des stratégies différentes: la balle à l’aile, la vie est belle d’un coté; l’épreuve de force de l’autre !
Heureusement, la première brèche est trouvée dans la défense adverse par le lévrier afghan Loïc CHAT-riguet.
Patatra, la cabane tombe sur le chien, les Melgoriens profitent du fait que les 3/4 soient partis se dégourdir les pattes en marquant leur territoire pour inscrire un essai.
Début de deuxième mi-temps, grosse pression de nos adversaires (sur la pelouse, pas sur dans le club house) qui progressent jusque dans nos 5 mètres.
Grosse défense de toute l’équipe; tout est mis en oeuvre pour repousser le XV de Mauguio: tranchées, miradors, barbelés électrifiés, mines anti-personnelles et bergers allemand. On se croirait à Calais et les autochtones n’arrivent pas en terre promise.
La fraicheur de la meute sur le banc a permis de museler les véléités adverses et on commence à voir que les mouches ont changé d’âne.
Rintintin alias Morgan CHAT-zottes nous redonne un timide avantage après une chevauchée fantastique dont il a le secret.
Pour une fois, l’arbitre n’avait besoin d’un chien d’aveugle, il a fourni un arbitrage de haut niveau. C’est pas avec Andrea Bocelli et Gilbert Montagné (Steph et Vincent) que l’on aurait vu ça….
Le lévrier inscrit un deuxième essai en perçant plein champ et en distribuant des cartes de visites Asics à ses adversaires.
De leur coté, Rox et Rouky (Canteloup et Sarat) ne font pas des figures de style du genre « The quick brown fox jumps over the lazy dog »,
ils jouent de leurs attributs et pèsent (dans tous les sens des termes) sur la défense.
Les adversaires sont asphyxiés en touche, surtout quand Pluto (Chris) saute à la place de Snoopy, Steph.
La maxime du coach en pyjama de satin  » on n’est pas des camemberts » est ensuite suivie à la lettre par le gang des Guillaumes qui inscrivent chacun un essai. Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour un bon bol de croquettes ?
Le lévrier Afghan conclut la rencontre par un hat-trick. (ou un cat-trick). Ite missa est.

Score final: 1-6
Talent d’Or Société Générale: Rantanplan, le chien de Doudou

Bonne représentation de l’asso à la buvette, on n’en attendait pas moins vu le nombre de chiens d’arrêt présents. Un nombre important de joueurs est resté pour le diner. C’est bien !

Spéciales dédicaces:
– Une petite pensée pour Patrick et Raphael tombés au champ d’honneur. Après un petit tour chez le véto, ils pourront de nouveau être au chenil sous peu.
– Gros progrès effectués au niveau de la discipline par le pitbull Bigo la chicorne. Néanmoins, on peut soupçonner la levrette d’être en chaleur car le lévrier afghan a été à 2 doigts mordre l’adversaire. La relève est assurée.
– En parlant de relève et de mèlée relevées, heureusement pour nos oreilles,Tom Jones n’était pas là pour chanter « What’s new pussycat »…

Signé Droopy (alias Thierry Luciano merci à lui !)