Résumé Partenaires vs Agropolis

Bonjour à tous,

étant le seul volontaire, je vous propose un compte rendu objectif sur ce 3e match de la saison. Je pense être particulièrement bien placé pour cet exercice puisque je joue ailier, ce qui fait de moi le spectateur le mieux placé sur le terrain.

Partenaires 2015-2016Comme à l’accoutumée le match débute par un coup d’envoi fictif ne faisant pas 10 mètres, donné par Gilles au profit d’une association parrainée par David Skrela.

Le coup d’envoi réel est donné à 20h22.

Très vite nos hôtes se mettent à l’attaque et enchaînent quelques temps de jeu intéressants avec ce qu’il faut : courses rentrantes, belle organisation collective, renversements petit côté qui nous posent des problèmes.

La défense des partenaires tient bon et sur un de nos premiers ballons on marque un bel essai par Guillaume qui signe de la plus belle des manière son retour à la compétition.

Le 1er tiers temps sera sérieux et appliqué, les visiteurs se heurtant à une solide défense, permettant aux locaux de faire les choses dans l’ordre : fixer le paquet d’avant adversaire par de belles charges et libérer de l’espace pour leur ¾. Morgan et sa pointe de vitesse marqueront le 2e essai.

La première période se termine sur le score de 3/0 et l’on s’imagine déjà en une du Midol le lendemain.

Ce qui doit arriver dans ces cas là arrive forcément : un 2e tiers temps beaucoup moins maîtrisé. Seul un superbe mouvement se concluant par un bel essai de Bertrand viendra éclairer ce deuxième acte bien terne. Agropolis en profite et plante 2 essais coup sur coup profitant des largesses défensives et d’un manque d’agressivité criant. On n’a plus de ballon, on est dans nos 22 et l’écart fond : 4 à 2.

C’est le moment pour Christophe de nous faire profiter de son talent de trancheur de tête : un attentat sur le 8 adverse qu’il manque de décapiter. Plein de lucidité, notre cher Chris aura ces mots en sortant « putain il est intransigeant avec nous l’arbitre ».

Très juste analyse sur la sévérité arbitrale puisque nous apprenons ce matin que la victime vient de sortir du coma.

La 3e période sera plus appliquée puisque après avoir eu peur, nos vaillant partenaires remettront les pendules à l’heure dans le sillage d’un paquet d’avant volontaire, profitant d’une défense adverse quelque peu émoussée.

Le match se terminera sur le score de 8 à 3, Olivier (Martinez) ayant particulièrement tenu à offrir un essai à nos amis avant qu’ils ne partent (ne comptez pas sur moi pour détailler cette action, la solidarité inter-ailiers me l’empêche).

Bilan :

Hormis un 2e acte manqué le bilan est « globalement positif ». Il l’est d’autant plus qu’il s’agissait d’un match de reprise.

Attention toutefois puisque l’adversaire, bien que joueur et organisé n’était sans doute pas aussi compact physiquement que les Kinés. Il faudra élever notre niveau de jeu si l’on tient à battre ces équipes là.

En attaque, dès qu’on a recentré les débats en jouant autour des gros ça a plutôt bien marché. Derrière on n’a pas été forcément très inspirés, pêchant parfois par excès d’individualisme.

En défense, quand on a bien voulu défendre, on a été bons. Mais la 2e période et le 2e essai d’Agropolis notamment montrent que quand on manque d’agressivité on se met facilement en danger.

Un autre point positif est l’acceptation des décisions (aussi iniques soient elles) arbitrales. Ce match a été beaucoup moins propices aux rouspétances en tous genres.

Plusieurs explications peuvent être avancées :

  • l’arbitre était meilleur que d’habitude.
  • on a compris qu’il y avait des tas de choses plus graves dans la vie qu’une erreur d’arbitrage (la guerre en Syrie, la faim dans le monde, François Hollande Président de la République…) et que finalement le rugby n’était qu’un jeu.
  • on n’a pas osé critiquer Stephan car il est co-Président.
  • on ne critique jamais l’arbitre quand on gagne largement un match…

A chacun de trouver la bonne, mais pour rassurer Vincent, je ne crois pas du tout à la première !

A jeudi pour un match qui s’annonce autrement plus relevé puisque c’est l’équipe du père noël et son terrible repas qui nous attendent.

Bérenger (que l’on remercie !).